Blog

Nouveauté chez Hasebikes : la clim réversible zéro carbone

Le KLIMAX : Mobilité et plaisir de pédaler par tous les tempsKlimax, vélomobile

Communiqué de presse, Waltrop, juillet 2010. Vive le vélo, c’est bon pour le climat. Mais quid du confort thermique des cyclistes ? – Réponse avec le KLIMAX, dernier-né des vélos spéciaux Hasebikes. Assistance électrique et carénage textile amovible donnent au concept trike encore plus d'efficacité et de confort. Pour le climat, roulez climatisé !

Partant de l’idée que protection de l’environnement et mobilité zéro-carbone doivent rester synonymes de plaisir quelle que soit la météo, Hasebikes lance pour l’Eurobike 2010 (du 1er au 4 Septembre) le projet KLIMAX, en présentant le modèle KLIMAX K2. A la base du concept : Le trois-roues de légende qu'est le KettWiesel. Vélo à tout faire apte à la randonnée comme aux sorties joueuses, il acquiert un surcroît de polyvalence grâce à la nouvelle assistance Protanium logée dans le moyeu avant. Elle vous permettra par exemple de ne pas arriver en nage au travail, même après un long trajet. Le fin du fin : le carénage textile pliable Hasebikes, né de la collaboration de Marec Hase, concepteur en chef, et de l’ingénieur Johann Oost. Il faut moins d'une minute pour l'installer, et il s'adapte très précisément à la taille du cycliste. Le tissu technique de qualité Ripstop est ultra-léger ; enduit en polyacrylate et imprégné, il est étanche à l'eau et extrêmement résistant. Si le beau temps est de la partie, vous apprécierez votre cabriolet : une fois repliée en un temps record, la capote est réduite à faible volume qui trouvera place dans la sacoche Hase.

Que vous pédaliez pour le plaisir ou pour la planète, oubliez la pluie toute l’année

Comme toujours chez Hase, ce sont les petits détails techniques qui font la différence : la capote se monte sans outil grâce à ses fixations par emboîtement. Le design, étudié pour optimiser la pénétration dans l’air, permet même, une fois lancé, que la tête du pilote reste relativement au sec.

Pour ce qui est de la partie-cycle, le bolide climatisé ne se différencie pas du KettWiesel, l'engin qui vous a fait aimer les parcours tout en virages : une grande vivacité, un pilotage jouissif, alliés à la sécurité d'un trike abouti. Autant de qualités à mettre au crédit d’un cadre alu 7046/7005 rigide en torsion, du dérailleur 9 vitesses Shimano Tiagra ainsi que du mordant des freins à disques hydrauliques Avid Elixir 3. Avec les moyeux Quick Stick Hase, les roues arrière se démontent facilement, permettant de ramener le KLIMAX aux dimensions d'un colis plat. Après tout, même un véhicule à la pointe de la propulsion humaine peut avoir besoin d'être transporté.

Avis aux adeptes de la vitesse : Hase travaille déjà au développement d’un KLIMAX de grande puissance : moyennant une immatriculation, le cycliste durable bénéficiera d'une assistance de 500 W disponible jusqu’à 45 km/h.

Présentation du KLIMAX K2 à l‘Eurobike (du 1er au 4 Septembre 2010) sur l‘aire d’expo en plein air, stand FG-B8/1.

Carénage pliable en deuxième monte : 899 €

KlimaxKlimaxKlimaxKlimax


Week end à Chenoise

[flvplayer /sites/default/files/blog/wp-content/uploads/2010/07/WeekEndVeloCouche.flv 720 396]


Look 2009 : victoire d'un vélo couché M5

Aurélien Bonneteau gagne le Look 2009, une course de 168 kilomètres qu'il a parcouru 39 km/h de moyenne avec un LowRacer M5 acier. Vous pourrez lire le compte-rendu de la course qu'il a rédigé, il y met bien en évidence les qualités du vélo couché mais aussi les différences de performances entre vélos couchés et vélos droits suivant le relief du parcours et la stratégie adoptée :

Bien qu'il fut neutralisé, le départ fictif, était un peu chaotique dans les rues de Nevers. J'étais placé plutôt en début du dernier tier du gros peloton, et j'ai fait de mon mieux pour remonter. Mais le départ réel fut donné, arrêté, à la sortie de l'agglomération, j'en ai alors profité pour me replacer en toute première ligne.

Au coté notamment de Laurent JALABERT, il m'a demandé si je n'avais pas trop peur de ne pas être vu par les autres concurrents, et si ce n'était pas trop dangereux. Avant que je puisse finir de lui expliquer que dans un peloton de vélo droit, il ne pouvais pas voir celui qui suivait son suivant, et que du coup, vélo couché ou vélo droit, cela en changeait pas grand chose d'un point de vue de la dangerosité, le départ réel fut donné.

A la première attaque, je suivais la tête du peloton, et à la première occasion, je partais seul, il restait alors au moins 150 km.

La chasse très réactive du peloton ne me lassa jamais plus de 30 secondes, et à la première longue côte, je fut réintégré. Je m'appliquais alors à rester dans les devants, de manière à pouvoir réagir.

Peu avant l'heure de course, je sentis une nouvelle occasion de repartir seul, ce que je fis. Rapidement, 3 vélos me rejoignirent, et au bout d'une demi-heure voire 45 minutes, 2 nouveaux hommes revinrent sur nous.

Nous étions au total 6 en tête, 5 vélos droits et moi. Le parcours assez vallonné avec certaines côtes de 3 kilomètres me travaillait pas mal les cuisses. D'ailleurs, dans les côtes les plus longues, je dû me résoudre à leur laisser de l'avance.

Avance que je leur récupérais le plus rapidement possible, afin de ne pas rester isolé. N'étant pas un pur grimpeur avec mes 83 kg, le poids de ma monture ( plus de 15 kg, à confirmer ) se faisait légèrement sentir.

Le moment décisif vint au 110ème km, lors de la plus longue côte de 3km, dont je ne connais plus le nom. Je basculais avec au moins 45 secondes de retard. Dans la descente et, sur quelques kilomètres après, je mettais les pleins gaz pour rentrer.

Je les apercevais enfin, j'étais rassuré.

Il restait un peu moins de 60 kilomètres, le bon moment pour lancer le sprint Very Happy ( c'est mon père qui le dit ). Cette fois-ci, alors que j'allais faire la jonction avec la tête, je ne me relevais pas.

J'ai continué le forcing pendant 30 kilomètres, où mon avance dépassa les 3 minutes.

Je n'avais plus qu'a gérer l'écart avec mes poursuivants et les quelques difficultés qu'il restait.

Voili voilou, j'avais le souvenir que c'était plus plat quand même.

Aussi, un des 5 autres échappés, m'a avoué après l'épreuve, qu'il pensait enfin, ne plus me revoir après le 110ème kilomètre.

Aurélien BONNETEAU

Quelques infos officielles


M5, 25 ans déjà !

Connaissances des matériaux, de la géométrie, de l'aérodynamique et de l'ergonomie ont été recueillies depuis 1983. Dans les premières années M5 a développé les fameux 28/20 et 28/26, qui sont devenus rapidement une norme absolue.Ces mêmes vélos peuvent encore être rencontrés sur la route, mais depuis lors, la gamme a été élargie de manière significative, non seulement en termes de types de modèles, mais aussi dans les matériaux. Dans les premières années M5 était déjà unique en son genre dans l'utilisation de chrome molybdène pour les cadres. Dans les années qui ont suivi le titane et le carbone ont été intégrées de plus en plus.

Grâce a ses innovations constantes, de nombreux records nationaux, européens et mondiaux ont été établis avec les vélos couchés et handbikes M5 par Bram Moens lui-même !

Au fil des années, un nombre croissant d'autres personnes ont établies des records avec des vélos couchés M5! Un des faits remarquables est que toutes ces performances ont été établis avec des modèles entièrement de séries! Toujours disponible pour tout le monde!

La conception et la construction de carénages pour vélos couchés s'est toujours fait en partenariat avec le constructeur de vélos rammeurs Derk Thijs de Middelburg. Derk a plus d'expérience de travail avec des matières plastiques et les fibres, tandis que Bram est plus familié avec les produits sidérurgiques légés. La combinaison de ces deux compétences permet une collaboration fructueuse.Grâce aux recherches perpétuellements en cours, aux choix des meilleures solutions techniques et à l'utilisation des matériaux les plus performents, M5 appartient toujours à l'élite des fabricants de vélos couchés dans le monde. Un autre aspect important d'M5 est la fabrication de composants hauts de gammes en carbone et aluminium, dont le poids est extrêmement faible.

L'avenir? Poursuivre le développement! Qui aurait soupçonné il y a dix ans que M5 développerait et produirait des composants de vélo les plus léger au monde? Mais maintenant, les composants M5 sont utilisés sur une large gamme de vélos haut de gamme de course, de VTT et vélos couchés.


Pages

Subscribe to Blog